top of page

Camping-cars d’occasion : retour à la normale après une folle saison ?

Source : les actualités du site « Campingcarlesite.com»

Article de Régis du 15/03/2023

Le marché de l’occasion n’a pas été épargné par les bouleversements du secteur VDL. La pénurie de camping-cars neufs associée à la hausse des prix dans un contexte de forte demande ont, à l’instar du secteur automobile, perturbé la filière du véhicule de loisirs d’occasion. On a vu le camping-car de seconde main devenir une denrée rare, surcoté par des propriétaires opportunistes, courtisé par les concessionnaires. Le phénomène est-il toujours d’actualité ? En interrogeant les acteurs du secteur, Campingcarlesite fait le point sur la place du camping-car d’occasion.


En 2021/2022, on observe un ralentissement des ventes de camping-cars neufs (de 30.047 à 24.768, soit -17,5%), tandis que l’occasion reste quasi stable (de 69.420 à 68.721, -1%) et augmente sa part des immats à 73,51% du volume annuel.


Pénurie de véhicules

« Avec le double phénomène de pénurie de véhicules neufs, et de hausse des prix du neuf, les gens se sont logiquement reportés sur l’occasion » observe Guillaume Duval, directeur du réseau des 56 concessions Idylcar, « Cela a créé une tension sur l’occasion. En concessions, l’offre présentielle de véhicules seconde main s’est réduite, les produits tournent très vite. Avant ils restaient 3 ou 4 mois sur parc, aujourd’hui plutôt 1 mois à 1 mois et demi, certains se vendent dans la semaine, voire dans la journée » constate-t-il.

Une situation vécue unanimement par les revendeurs de camping-cars dans l’Hexagone. « Ces deux dernières années, on s’est rabattus sur le véhicule d’occasion, c’est clair » confirme François Lhoro, DG de Libertium Loisiréo. « Certains vendeurs, rodés au commerce de nouveautés, ont parfois dû changer de casquette pour aller chercher du véhicule d’occasion qui d’habitude rentrait naturellement » poursuit Guillaume Duval.


En 2022, les concessions de camping-car sont parties à la “chasse aux véhicules d’occasion” par le biais de grands campagnes de rachats.


Incontestablement, la saison 2021/2022 a connu un transfert des immatriculations de camping-cars neuf vers l’occasion. Représentant habituellement environ 50% du volume des ventes d’une concession, la part de l’occasion a bondi parfois jusqu’à 70% , permettant de maintenir un chiffre d’affaires global constant sur la saison.

En ce début 2023, les professionnels semblent avoir déjoué les pénuries. « C’est en train de rentrer dans l’ordre » confirme François Lhoro, « On a anticipé et fait beaucoup d’opérations, des campagnes de rachats en septembre et en novembre derniers, des salons régionaux avec des reprises cet hiver. Maintenant la problématique se déplace sur les véhicules neufs qui commencent à remplir les parcs. On attend impatiemment le printemps et le retour de clients ! »


Une spéculation des propriétaires

La recherche d’occasions n’a pas été une mince affaire pour les distributeurs de véhicules de loisirs. Le secteur n’a pas échappé à la surenchère financière et aux prix délirants tels qu’ils ont été observés dans l’automobile d’occasion. Pascal Joussemet, à la tête de Oléron Camping-Cars et La Rochelle Camping-Cars, également président du groupe Masters, s’en émeut : « Il y a eu de la spéculation, les propriétaires de camping-cars demandaient des prix impossibles, 5.000 € voire 10.000 € de plus que la valeur du véhicule. On n’est pas rentré dans ce jeu là, on a préféré perdre une vente que de participer à cette spéculation ».


Les forums et réseaux sociaux regorgent de témoignages sur des reventes de camping-cars avec des cotes inédites, quasiment au prix d’achat. Une spéculation réelle, à laquelle les professionnels affirment ne pas s’être livrés.

« Tous les vendeurs ont connus des reprises qui ne se sont pas faites car les clients en voulaient le prix du neuf de l’époque, sans tenir compte des remises en état du concessionnaire », abonde Guillaume Duval, « Par déontologie nous avons refusé de vendre un véhicule ayant 5 ou 6 ans, plus chers que ce qu’ils valaient en neuf. Les prix des particuliers étaient complétement décorrélés des prix du marché de l’occasion. J’ai vu des véhicules de 2017 se vendre au prix de 2017 ! » raconte Guillaume Duval.

Tout le secteur VDL a été contaminé par le contexte inflationniste : « Les prix de l’occasion ont pris entre 15 % et 25 %, quasi comme le neuf », constate Pascal Joussemet. « Aujourd’hui le prix moyen d’un camping-car d’occasion tourne autour de 46.000 €, cellule et fourgon confondus. L’écart moyen entre neuf et occasion est de 25.000 €, ce qui permet aux véhicules d’occasion de conserver toute leur attractivité », conclut Guillaume Duval, « Quand il y avait peu ce camping-cars neufs, les gens étaient moins regardant sur le prix d’occasion. Ça peu changer avec l’offre de neuf qui revient sur les parcs, les garanties qui l’accompagnent. Un rééquilibrage général peut s’opérer ».



Les profilés en tête, les fourgons en embuscade

Concernant les stars de l’occasion, les professionnels dressent le même palmarès : « Tout fonctionne bien en occasion, il y a de l’offre et de la demande sur tous les segments, avec une dominante pour le profilé et un nouveau venu : le fourgon d’occasion qui fait une apparition remarquée ».

« On voit dans nos concession une offre de fourgons seconde main en progression de 20 à 25 %. Le fourgon a pris de l’ampleur par rapport à la cellule et aux années précédentes. On atteint parfois un ratio de 7 fourgons pour 10 cellule dans nos vente d’occasions », détaille Guillaume Duval.


Le camping-car profilé est une valeur sûre, en tête des ventes du neuf et de l’occasion. Quant au fourgon, après avoir doublé le camping-car dans les ventes de VDL neufs il y a deux ans, on le retrouve très présent sur le marché de l’occasion.


François Lhoro confirme cette nouvelle tendance. « Le gros des ventes d’occasions reste le profilé, l’intégral pèse peu. La nouveauté c’est le fourgon. Depuis quelques années sa part étant de plus importante dans le marché VDL, logiquement les fourgons de secondes mains montent en puissance cette saison, alors qu’il y en avait très peu les saisons antérieures ».

A contrario, les professionnels constatent une rare présence des vans à toit relevable sur leurs parcs. Pour Pascal Joussemet, la raison est double : « Le van a fait l’objet d’une plus grande spéculation à laquelle a contribué l’automobile. Beaucoup de vans ont été captés directement par le marché des occases automobiles, ou se sont retrouvés en cession directe entre particuliers, il y a forcément eu de la déperdition ».


Wikicampers : le boom de l’occasion entre particuliers

Si les concessionnaires de camping-cars proposent un service irréprochable sur le véhicules d’occasion – révision, réparation, contrôle d’humidité, financement et garanties commerciales –, un nouvel acteur tire son épingle du jeu : la plateforme Wikicampers.

A l’origine dédiée à la location entre particuliers, la plateforme s’est ouverte depuis 2 ans à l’occasion. Wikicampers viens d’enregistrer 600 ventes « Cette activité est une suite logique à celle de la location », explique la responsable communication Chloé Pradot « 60% des utilisateurs de notre plateforme louent un véhicule dans la perspective d’un test avant achat. Ils nous sollicitaient pour savoir comment acheter en bénéficiant de l’accompagnement et de la confiance vécus durant la location. C’est ce qui nous a poussé à créer Wikicampers Occasion en 2021 ».

À l’instar de l’automobile, la digitalisation et les sites collaboratifs bénéficient au camping-car. La plateforme Wikicampers l’a bien compris, en élargissant son activité de location à la vente de véhicules de loisirs d’occasions entre particuliers.


Pour sa deuxième années, l’entreprise basque a enregistré une progression spectaculaire des ventes de + 187 %. Le contexte post-Covid, la demande forte d’évasion et les délais à rallonge chez les constructeurs ont joué à plein. « Aujourd’hui, la vente entre particuliers est une activité à part entière. Nos équipes accompagnent les propriétaires dans l’estimation de leurs véhicules de loisirs, Wikicampers leur fait bénéficier de nombreux services : une inspection physique du véhicule par notre partenaire Mon Spécialiste Auto, une garantie Car Protection Services, des solutions de financements avec Cofidis, etc. », détaille Chloé Pradot.


« Sur la plateforme Wikicampers Occasion, on retrouve une majorité de profilés, vendus au prix moyen de 38.000 €, suivi des intégraux, puis des vans et fourgons. Le site permet une vente rapide du véhicule dans un délai moyen de 26 jours ».

Afin de renforcer sa présence sur le marché de l’occasion, Wikicampers participe à des événements comme le Camper Van Week-End à Brissac du 28 au 30 avril 2023, où des véhicules de loisirs d’occasions seront exposés et proposés à la vente.


285 vues

Commentaires


Les commentaires ont été désactivés.
bottom of page