• bdepierre

Pour conserver leur liberté, les vans doivent éviter les “nuisances”

Source : les actualités du site « VanLife »

Article de la rédaction paru dans le 02/03/2021


Des interdictions commencent à fleurir dans certaines communes, pointant de manière indifférenciée les vans et les camping-cars. Nous citons même un élu local, qui pointe en particulier les fourgons et vans : “ils n’ont pas d’assainissement intégré”. Nous faisons le point.


L’idée de cet article, c’est que notre liberté dépend de la manière dont nous sommes perçus dans les communes. Avant d’entrer dans le détail, voici trois propositions :

  • Éviter les regroupements (être nombreux au même endroit)

  • Éviter les séjours de longue durée

  • Utiliser des WC et des bornes de vidanges (pour les eaux noires et même pour les eaux grises)


Les vans auraient plus de libertés que les camping-cars

“On va louer un van, pour ne pas avoir les mêmes interdictions que les camping-cars“, ai-je un jour entendu dans la bouche d’une de mes amis. Cette idée est assez répandue dans l’opinion publique, et pourtant, les vans, comme les camping-cars, ne sont pas différents, juridiquement, des voitures. VASP ou pas, ils sont soumis au même code de la route, aux mêmes droits et aux mêmes interdictions en matière de stationnement. Mais alors d’où vient cette idée, que les vans auraient plus de libertés ?


Barres de hauteur et réglementations

D’abord, des barres de hauteur et autres panneaux montrant des silhouettes de camping-cars. D’ailleurs, avez-vous déjà vu un panneau d’interdiction montrant un combi à toit relevable ? Pas moi… Mais voilà, un vanlifer qui, toit replié, passe sous une barre de hauteur de 2,30 m a-t-il le droit de dormir sur place ? En droit, déployer le toit relevable peut être assimilé à du camping. Une pratique interdite sur la voie publique. En revanche, on a le droit de dormir dans un véhicule en stationnement, van, camping-car, ou voiture.


Le capital sympathie

En fait, nos vans sont mieux tolérés, parce qu’ils sont moins gênants. Ils sont moins gros, cachent moins la vue, ressemblent à des monospaces ou aux camionnettes des artisans. Ils ont aussi un capital sympathie plus grand, grâce aux phares ronds du combi Volkswagen d’antan (que tout le monde aime…) et parce qu’ils appartiennent à l’univers des aventuriers, plutôt qu’à celui des campeurs. Mais attention, ce capital sympathie mérite être entretenu.


Ils interdisent les camping-cars… et les vans

Récemment, j’ai mené une enquête pour le Monde du Camping-Car, au sujet de communes qui ont adopté des arrêtés municipaux d’un nouveau genre (vous pouvez lire cet article ici). En fait, ces communes n’interdisent pas directement les “camping-cars”, mais, les véhicules “transportant des bouteilles de gaz ou stockant des eaux usées“. Pourquoi une telle périphrase ? D’abord pour ne pas désigner une catégorie vague, celle des camping-cars, mais se référer à un critère objectif. Le gaz et les eaux usées, c’est simple, binaire, clair et vérifiable. Ensuite, comme me l’a expliqué le maire de l’une de ces communes, il s’agit de viser aussi et avant tout les vans et fourgons.


Patrick Vigne, maire de L’Argentière-la-Bessée (dans les Hautes-Alpes) :

“Le problème, c’est que sur la commune de L’Argentière on a des parkings, des aires naturelles, sur lesquels les camping-cars vont de façon sauvage. Surtout les fourgons sont problématiques : ils n’ont pas d’assainissement intégré. C’est le vrai problème“.


La nature, des WC publics ?

A dire vrai, le maire de L’Argentière-la-Bessée n’est pas le seul à avoir remarqué que les vans ne disposaient pas toujours de WC à bord. Toujours sur le site du Monde du Camping-Car, l’adjointe au maire de La Godivelle (Puy-de-Dôme) décrivait un des parkings de sa commune, dès 2019 : “C’est sûr que c’est un spot magnifique. Il y a un petit chemin derrière, où l’on a constaté des nuisances… Certains camping-caristes ont tendance à le confondre avec les toilettes publiques.”


La vanlife en danger ?

Si ces mauvais comportements n’étaient que des agissements individuels, personne ne les remarquerait. Problème : ils sont amplifiés par l’usage des applis mobiles, qui identifient les bons spots, attirent la foule et suscitent les regroupements. C’est le constat que dresse Philippe, sur sa chaîne Youtube Voyage, Voyages, dans une vidéo titrée “Vanlife en danger“. Nous n’irons pas jusque-là. La situation n’est pas du tout désespérée, et la vanlife n’est pas en danger. Mais si nous voulons éviter d’avoir les mêmes problèmes que les camping-caristes (qui ont connu, eux aussi, leur âge d’or de la liberté, jusqu’aux années 2000), nous savons ce qu’il nous reste à faire… Respecter quelques règles de civilité. C’est le prix à payer pour conserver notre liberté.

217 vues0 commentaire

Espace Danton

3 rue Danton
92240 MALAKOFF

Matr. Voyages
N°IM075100284
Assur. MACIF Nº 15195976

FICM
  • White Facebook Icon

Tél : 0800 800 158 

(N° Vert gratuit)

  • White Facebook Icon

FFACCC © 2020 -  Joël Dupuy / Bernard Depierre /Alain Clavier