• bdepierre

RÉGLEMENTATION : LES FOURGONS ET VANS AMÉNAGÉS, COMME LES CAMPING-CARS ?

Source : Actualités parues dans "Le Monde du Camping-Car"

La légende dit que les vans ont des droits que les camping-cars n’ont pas, notamment celui de bivouaquer en toute liberté. Mais que dit la loi ? Que les vans, les fourgons et les camping-cars sont des automobiles comme les autres… Tous ont le droit de faire étape en dehors des campings et des aires d’accueil. Mais leurs caractéristiques respectives peuvent avoir un impact sur les limites de l’autorisation.

Les fourgons et les vans sont-ils soumis aux mêmes réglementations que les camping-cars ? C’est une lectrice, Erika, qui nous a posé cette question sur notre page facebook. Pour lui répondre, un article ne sera jamais trop long.


Pour le code de la route, tout le monde est une voiture


Aux yeux de la loi, les camping-cars, les fourgons et les vans aménagés ne sont que des véhicules à moteur. Des automobiles, en quelque sorte. Leur homologation VASP (véhicule aménagé) n’a pas d’impact sur leur droit à circuler et stationner. Seul le gabarit peut en avoir un, quand un panneau annonce l’arrivée d’un tunnel par exemple. Donc, tant qu’il n’est pas poids lourd, un camping-car est soumis aux mêmes limitations de vitesse que les voitures, les fourgons et les vans. Il a aussi le même droit à stationner sur n’importe quel emplacement autorisé. C’est à dire, pas plus de 7 jours d’affilée sur la même place. Peu importe que l’on dorme, ou pas, dans le véhicule.


Van : lever son toit, c’est camper


On peut stationner, mais pas tout faire. Il est ainsi interdit de camper sur la voie publique. La différence ? Quand il stationne, le véhicule est dans la même configuration que s’il roulait, mais à l’arrêt. Donc pas de store, pas de cales et… pas de toit levable. De ce point de vue, le camping-car et le fourgon semblent donc plus avantagés que le van à toit levable. Ils offrent effectivement toujours le même confort intérieur, quelle que soit leur apparence extérieure. On peut cuisiner, prendre sa douche, dormir, ou pratiquer quelque activité que ce soit à l’intérieur (qui ne mérite pas forcément de figurer dans cet article) sans que ça se remarque à l’extérieur. Sauf que les camping-cars sont parfois directement visés par des réglementations locales.


Panneau anti-camping-car : les fourgons et vans sont-ils concernés ?


Ce sont les communes qui ont autorité sur leur territoire pour organiser la circulation et le stationnement. Ce qui explique qu’on voit parfois apparaître, dans certaines villes très touristiques, des panneaux d’interdiction visant directement les camping-cars. La question est : les fourgons et les vans sont-ils concernés par un panneau montrant un camping-car ? C’est une très bonne question, et seul le policier municipal pourra y répondre…

Effectivement, ces panneaux d’interdiction ne sont pas prévus par la loi (régulièrement, d’ailleurs, des tribunaux administratifs ordonnent qu’ils soient retirés de telle ou telle commune). Donc, que le panneau montre le dessin d’un camping-car à capucine, ou un texte désignant les « camping-cars », aucune réglementation ne détermine les types de véhicules visés.


On tolère mieux les vans, parce qu’on les aime


Fourgons et vans sont plus discrets que les camping-cars. Ils sont généralement moins gros et moins voyants. Les premiers ressemblent peu ou prou à la camionnette du livreur, les deuxièmes au monospace d’une famille en vacances. De plus, les vans à toit levable bénéficient (pour le moment) d’un fort capital de sympathie. Cette cote d’amour n’a évidemment aucun rapport avec la loi, mais les riverains auront tendance à moins se plaindre d’un van ou d’un fourgon que d’un camping-car. Et l’expérience nous a prouvé que les forces de l’ordre se montrent plus conciliantes.


Passer sous les barres de hauteur


Seuls les vans à toit levable de 2 mètres de haut ont ce privilège : pouvoir passer sous les barres de hauteur des parkings. Un avantage important en bord de mer ou en ville, ne serait-ce que pour stationner. La question qui se pose, c’est celle du droit de déployer le toit, une fois que l’on est de l’autre côté de la barrière. Beaucoup le font sans être verbalisés, et encore une fois, la loi est très imprécise sur ce sujet : les barres de hauteur de parking suscitent quelques questions, du point de vue juridique, et aucune loi ne précise si on a le droit ou non de faire grandir son véhicule une fois le portique passé. Alors pour cette question, comme pour celle des panneaux, c’est le gendarme qui décidera…


Marquage au sol : avantage aux compacts

L’une des obligations d’un véhicule en stationnement : respecter le marquage au sol. Autant dire qu’un camping-car aura beaucoup de mal à rester dans les limites d’une place de stationnement en ville : minimum 5 mètres de long et 2,30 m de large. Un van de moins de 5 mètres, lui, entre toujours.

Espace Danton

3 rue Danton
92240 MALAKOFF

Matr. Voyages
N°IM075100284
Assur. MACIF Nº 15195976

FICM
  • White Facebook Icon

Tél : 0800 800 158 

(N° Vert gratuit)

  • White Facebook Icon

FFACCC © 2020 -  Joël Dupuy / Bernard Depierre /Alain Clavier